Le plus souvent, lorsque un patient consulte pour une transplantation hépatique, il nous interroge sur les complications qu'il craint le plus: l'intervention chirurgicale, et le rejet de l'organe transplanté. Or ce ne sont pas ces deux problèmes qui sont les plus dangereux. Les risques les plus élevés sont en fait avant la greffe, l'attente d'un organe, et pour après la greffe, le retour de la maladie qui a causé le problème hépatique.

L'attente d'un organe

Malgré le fait que la Belgique, et particulièrement la région liégeoise, dispose d'un nombre élevé de donneurs d'organes par million d'habitant, environ 15% des patients inscrits en liste de transplantation hépatique décèdent avant d'avoir été greffé, ou développent des complications sévères empêchant la greffe. Il s'agit en fait là du risque le plus important pour le malade! Et ce chiffre justifie toutes les politiques entreprises pour diminuer le temps d'attente, comme le prélèvement de donneurs en arrêt circulatoire ou de donneurs âgés.

L'intervention chirurgicale

En 2016, la greffe de foie est devenue une intervention chirurgicale relativement courante, dont le risque principal est lié à la fonction du greffon. Il arrive en effet que le foie transplanté ne fonctionne pas (complication appelée "non-fonction primaire"). Dans ce cas, le patient doit être inscrit en urgence pour une seconde transplantation dont les résultats dépendent de l'état clinique dans lequel le patient se trouve lors de la seconde greffe, si une foie compatible est trouvé.

Les complications chirurgicales

Dans la période immédiate après l'intervention la complication chirurgicale la plus fréquente (10% des cas environ) est une hémorragie postopératoire trop importante qui peut nécessiter une reprise opératoire. Dans les jours suivant, les chirurgiens surveillent particulièrement les vaisseaux du foie, et surtout l'artère qui peut s'obstruer (thrombose d'artère hépatique, 2 à 5% des cas). La survenue d'une fistule biliaire est une complication plus rare.

Fistule BiliaireFistule biliaire 

A distance, les complications chirurgicales les plus fréquentes la première année sont les éventrations (hernies qui se développent dans la cicatrice) et les sténoses du cholédoque (canal permettant au foie d'éliminer la bile dans l'intestin).

Sténose BiliaireSténose biliaire 

Les complications médicales

Le foie est un organe qui est peu rejeté, et même si un rejet est diagnostiqué, il est le plus souvent facilement contrôlé par une simple augmentation des doses des médicaments immunosuppresseurs. Le rejet est le plus souvent diagnostiqué par une altération des tests hépatiques à la prise de sang, et peut nécessiter la réalisation d'une biopsie du greffon. Les problèmes médicaux après la greffe hépatique sont souvent liés aux médicaments "anti-rejet" (hypertension, diabète, cholestérol, insuffisance rénale). Les patients transplantés sont aussi plus à risque d'infections (appelée opportunistes) et de cancer. Ces complications médicales sont communes aux patients transplantés et sont expliquées plus complètement à la page "receveur".

Le retour de la maladie

Les complications les plus fréquentes après transplantation hépatique sont liées au retour de la maladie qui a causé l'insuffisance hépatique. En particulier, le virus de l'hépatite C (HCV - VHC) reste présent après la transplantation et peut attaquer le greffon. Un traitement approprié antiviral peut parfois être nécessaire et est devenu très efficace. Un patient sur 5 transplanté pour HCV peut même devoir être retransplanté après quelques années. Le traitement contre la récidive du virus de l'hépatite B (HBV - VHB) après la greffe est très efficace et la récidive du l'hépatite est rarissime. Pour les patients qui sont greffés pour cancer du foie, le retour du cancer est également un risque réel. Pour les patients transplantés du foie pour cirrhose post éthylique, reboire de l'alcool peut amener rapidement une cirrhose sur le foie greffé. Par contre, pour les maladies génétiques hépatiques comme l'hémochromatose et le déficit en antitrypsine, la greffe de foie guérit cette maladie génétique grâce au nouveau foie, et il n'y a pas de risque  de récidive de la maladie hépatique.

Les résultats de la transplantation hépatique adulte

La transplantation d'organe, et particulier la transplantation hépatique, sauve beaucoup de patients mais ne rend pas immortel. En moyenne, la survie des patients transplantés hépatiques adultes est de 90% à 1 an, et de 60% à 10 ans. Les causes de décès à moyen terme (> 1 an après la greffe), outre le problème du retour de la maladie, sont le plus souvent des cancers ou des maladies cardio-vasculaires.