Le foie

Le manque de greffons

De plus en plus de patients nécessitent une transplantation hépatique. Par exemple, au 31 décembre 2009, 2.641 patients étaient inscrits en liste d’attente pour transplantation hépatique dans la zone Eurotransplant (Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Autriche, Luxembourg, Croatie, Slovénie), pour 1.680 patients transplantés durant la même année 2009. Même si la Belgique est un des pays où le taux de prélèvement d’organes est le plus élevé au monde, atteignant 29 donneurs par million d’habitants en 2011, la mortalité en liste d’attente durant la même période reste trop élevée, à 8%. Au 31 décembre 2011, 172 malades attendaient un greffon hépatique....
Depuis 25 ans, le centre de transplantation hépatique de l'université de Liège travaille à l’amélioration des soins aux patients souffrant d’insuffisance hépatique avant, pendant et après transplantation hépatique. Nous nous sommes également attaché à maximaliser le pool d’organes abdominaux disponibles pour la transplantation, afin de réduire les durées d’attente et la mortalité en liste. Ces travaux ont permis de placer le programme de transplantation hépatique de notre université liégeoise sur la carte européenne de la transplantation, et ceci grâce à une collaboration étroite avec les différents hôpitaux de la région liégeoise et de Wallonie qui nous font confiance, mais également avec des médecins étrangers qui nous adressent leurs patients. Le cap des 700 transplantations hépatiques réalisées à Liège vient d’être dépassé début 2016, et depuis plusieurs années, entre 30 et 50 patients bénéficient d’une greffe de foie chaque année au CHU de Liège.

Il est important d'augmenter le nombre de greffons hépatiques pour diminuer cette liste d'attente et cette mortalité. Divers moyens ont été et sont régulièrement utilisés à cette fin.